On l'a fait pour la première fois et on a adoré ça!

Il y avait déjà un bon moment que l'homme en voulait, même depuis plusieurs année déjà, mais moi j'hésitais. À vrai dire, la couleur me rebutait un peu. Sans parler de la description que fait mon cher Jean-Pierre, Ferland celui-là, lors de ses spectacles, de sa première fois à Paris. Ah, j'en avais déjà goûté, bien sûr, mais en conserve. L'homme avait beau me dire que ce devait être bien différent, je ne me décidais pas. Ce n'est que dernièrement, lorsque j'en ai vu au marché Jean-Talon que je me suis enfin décidée. J'en ai acheté deux gros et deux petits, afin de comparer le goût, et je les ai apprêtés à la façon de Ricardo, avec une crème d'amandes en accompagnement.

Artichauts_creme_amandes

Habituellement, on les servirait avec une vinaigrette ou une mayonnaise, mais cette crème d'amandes, en plus d'être absolument délicieuse, est beaucoup moins calorique et bien plus "santé". Voici un peu comment j'ai procédé :

Tout d'abord, pour ceux et celles qui, comme moi, n'ont jamais préparé des artichauts, il faut couper la tête et passer la partie coupée d'un demi-citron sur la partie coupée de l'artichaut afin d'empêcher l'oxidation. Il faut retirer les feuilles extérieures (en ai-je enlevé assez..?), couper le bout des feuilles restantes à l'aide de petits ciseaux afin de les débarrasser du bout piquant, couper ou non la tige et, si on a décidé de la laisser, de l'éplucher à l'aide d'un couteau économe. On les met à l'envers dans une casserole, pas trop grande afin qu'ils soient bien tassés et qu'ils ne flottent pas au moment d'ajouter l'eau. Un peu de jus de citron, une ou deux feuilles de laurier, du sel et du poivre, on recouvre d'eau, et on laisse cuire à couvert entre 15 et 30 minutes, dépendant de leur grosseur. Pour savoir s'ils sont cuits, on pique le fond avec un petit couteau pointu. Lorsqu'ils sont cuits, on les égoutte à l'envers et on laisse refroidir un peu.

Pour la crème d'amandes, on aura besoin de :

  • 1/2 tasse ou 65 g d'amandes blanchies réduites en poudre

  • 1/2 tase ou 115 g de yogourt nature, sans lactose, égoutté et épaissi, ou de crème sûre sans lactose

  • 1 c. à soupe de vinaigre de vin rouge

  • 1 c. à thé de miel.

J'ai utilisé des amandes déjà moulues que j'ai fait torréfier à la poêle afin d'en faire sortir l'humidité et d'en faire ressortir le goût. J'ai ensuite tout mixé au mélangeur et j'ai conservé au frigo jusqu'au moment de servir.

Cette sauce est un vrai délice, on a terminé la nôtre la cuillère... Quant aux artichauts, nous en sommes tombés en amour. J'ignore la provenance de ceux-ci mais je peux vous dire que je surveille l'arrivée des artichauts du Québec sur nos marchés locaux afin de refaire cette expérience.

N.B. Pendant des années, l'artichaut était méconnu des Québécois. On en voyait très peu sur les étals de nos marchés et on avait l'habitude de dire que c'était surtout les Européens qui les consommaient. Peu de gens de ma génération en ont vu sur la table familiale. Même encore, on n'en voit pas des tonnes dans nos marchés. Ce petit extrait de l'émission "Cultivé et bien élevé" nous en donne un peu la raison :

Christian Alary est l’un des rares producteurs du Québec à cultiver des artichauts. Cette plante, originaire de la région méditerranéenne, n’est pas vraiment adaptée au climat québécois. En France par exemple, les plants d’artichauts peuvent vivre 10 ans. Ici, Christian doit recommencer la culture chaque année. Il faut donc une bonne dose de détermination pour continuer à le cultiver.

**Les textes et les photos sont la propriété de ce blogue, "Les Carnets de Miss Diane",

et ne sont pas libres de droits.**