Quand mes parents ont "cassé maison", j'ai retrouvé dans le fin fond d'une armoire le pot de limonade de ma mère, celui qu'elle utilisait lorsque j'étais encore très jeune. En une fraction de seconde, plein de souvenirs me sont remontés en mémoire et rien que d'y penser, j'en ai encore les pupilles humides.

C'est que, lorsque nous étions tout jeunes, les samedis après-midi étaient un peu spécial chez nous. Tout d'abord, mon père n'était pas là car il aidait un de ses frères à faire la livraison de crème glacée pour la maison Lowney's en Ontario, à la frontière du Québec, sans doute pour arrondir les fins de mois, et ma mère était toujours un peu plus belle ce jour-là car ce n'était pas un jour de ménage. Elle portait une plus jolie robe, la plupart du temps fleurie, elle mettait du rouge à lèvre, se coiffait et allait même jusqu'à mettre des boucles d'oreille. Lorsqu'il faisait beau, elle disait "On va faire de la limonade". Elle sortait alors ce qu'elle appelait son "presse-jus" et qui était en fait un presse-agrumes, son gros pot en verre, des oranges et des citrons. Oh, elle n'avait rien de bien fancy cette limonade mais qu'elle était donc bonne! Nous nous assoyions ensuite sur le balcon en la sirotant et en attendant notre père. Il y a maintenant deux ou trois étés que j'ai ce pot en ma possession et j'en fais au moins une fois durant la belle saison, histoire de me rappeler de beaux souvenirs.

Elle pressait six oranges et deux citrons, ajoutait du sucre (j'en mets 2 c. à soupe), brassait pour le faire dissoudre et terminait par de l'eau et des glaçons. C'est tout, c'est simple, c'est bon, ça goûte l'été, ça goûte l'enfance, la mienne!

Limonade

L'homme me fait remarquer ce soir qu'elle a une drôle de couleur, plutôt verte alors que d'habitude elle est orangée. Il faut dire que, n'ayant pas trouvé d'oranges à jus, j'ai utilisé des oranges "navel". Mais à l'époque, nos mères n'avaient pas le choix, elles achetaient des oranges, point.

**Les textes et les photos sont la propriété de ce blogue, "Les Carnets de Miss Diane",

et ne sont pas libres de droits.**