Il y a quelques jours, en lisant un billet de Tarzile dans lequel elle mentionnait une brochure publiée par Bernardin, je me suis souvenue en avoir une moi aussi. En parcourant la mienne, je me suis aperçue que ce n'était pas la même mais qu'elle regorgeait aussi de très bonnes idées, dont cette confiture pour le congélateur. J'ai une tendance à préférer les confitures non cuites car je peux facilement diminuer la quantité de sucre demandée et j'ai l'impression qu'elles conservent aux fruits un goût plus frais. D'ailleurs, pour citer Monsieur Bernardin lui-même, "elles ont un goût si frais qu'on croirait qu'elles sont fraîchement cueillies de l'arbre... à confiture!" Il faut vraiment les avoir essayées pour s'en faire une idée.

Confiture_bleuets

Voici la recette de celle que je viens de faire pour 6 pots Mason de 250 ml :

  • 2 tasses (500 ml) de bleuets écrasés (j'ai oublié de les peser!!!)
  • 1 orange navel moyenne, zeste et pulpe
  • 3 tasses et 3/4 de sucre granulé (environ 800 g ou 900 ml)
  • 1 sachet (85 ml) de pectine liquide Bernardin
  • 1/3 de tasse (75 ml) de jus de citron

Laver et écraser les bleuets, une couche à la fois. En mesurer 2 tasses (500 ml) dans un bol. Laver l'orange et en râper le zeste. Retirer le reste de la pelure; hacher finement la pulpe et l'ajouter aux bleuets avec le zeste.

Incorporer le sucre et bien mélanger. Laisser reposer 10 minutes.

Incorporer la pectine liquide et le jus de citron. Remuer 3 minutes de plus.

Verser dans les bocaux. Retirer les bulles d'air à l'aide d'un ustensile non métallique.

Laisser reposer à la température ambiante jusqu'à ce que la confiture soit prise (24 heures au moins). Congeler.

Ce genre de confiture peut se conserver congelée une année. Utiliser les produits réfrigérés dans les 3 semaines qui suivent. Une fois le bocal ouvert, réfrigérer et consommer dans les 2 semaines qui suivent. Chez moi, ça ne se garde jamais aussi longtemps.

**Les textes et les photos sont la propriété de ce blogue, "Les Carnets de Miss Diane",

et ne sont pas libres de droits.**